A PARAITRE CHEZ GALLIMARD (extraits)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A PARAITRE CHEZ GALLIMARD (extraits)

Message  COACH D'AUTEURS le Dim 23 Juil - 0:44

"Je me demande pourquoi je suis sûr d'être déjà venu ici et comment une chose pareille serait possible", songea Matti.

La paix du soir qui descendait sur ce jardin fabuleux était si parfaite, si pure et tranquille que Maya et Matti ne remarquèrent pas la présence d'un homme plus très jeune, pas très grand, un peu courbé, tête nue, le visage hâlé et creusé d'un entrelac étrange et compliqué de rides, les cheveux argentés retombant sur la nuque. Tranquillement adossé au tronc rugueux d'un arbre, l'homme savourait la brise vespérale en les regardant avec un petit sourire amer et distrait, comme s'il avait l'esprit ailleurs.

L'individu avait les épaules légèrement voûtées, l'une un peu plus basse que l'autre, et de grosses mains qui pendouillaient de chaque côté de son corps, à croire qu'il était épuisé après une longue journée de travail. Il n'était pas beau et avait l'air si timide et embarrassé qu'on l'aurait cru soulagé que Matti et Maya ne le voient pas.

Comme s'il avait honte.

Immobile, l'inconnu respirait lentement et profondément en observant le visage extasié des deux enfants dont il suivait les regards curieux, émerveillés.

L'homme esquissa un sourire énigmatique, presque rusé, qui s'ébaucha d'abord autour de ses yeux sans gagner ses lèvres, avant d'illuminer de l'intérieur les plis et les crevasses de sa figure. Il n'avait toujours pas bougé ni prononcé une parole.

Une veine bleuâtre d'une finesse extrême palpitait contre sa tempe, tel un petit poisson nageant prudemment entre deux eaux.

Soudain, Maya l'aperçut et s'effraya. Mais elle se domina.

"Attention, Matti, écoute-moi bien, ne regarde pas de l'autre côté", chuchota-t-elle à l'oreille de Matti. " Il y a quelqu'un qui nous surveille, je ne pense pas qu'il soit dangereux, il a juste l'air un peu bizarre."

"L'air un peu bizarre, hein ?, répéta l'homme avec un sourire méfiant.
C'est exactement ce que les gens disaient de moi quand j'étais petit, il y a des années, avec une grimace moqueuse et l'air dégoûté : "Il est un peu bizarre." Et parfois on ajoutait : "Regardez, vous voyez, c'est le débile qui arrive !" C'était il y a très longtemps, vous n'étiez pas encore nés et vos parents avaient à peu près votre âge. Et moi qui voulais tellement qu'on m'accepte, qui m'ingéniais à ressembler aux autres, et plus encore si c'était possible. Mais j'avais beau m'acharner, je ne réussissais qu'à m'attirer le mépris général."

L'inconnu s'approcha, mais au bout de quelques pas, il hésita, se ravisa et s'arrêta au pied d'un figuier : peut-être craignait-il de les effrayer ou de leur faire horreur. A moins qu'il n'ait eu de la peine à avancer. Voyant que les enfants ne se sauvaient pas, mais se serraient l'un contre l'autre, réduisant un peu plus la distance qui les séparait, il annonça avec un sourire dans la voix, les yeux baissés vers le sol :

"Vous avez bien fait de venir."

Et d'ajouter :

"Tenez, il y a du sirop de grenadine, ou de l'eau des glaciers. Vous en voulez ? Servez-vous."

"Attention, Maya, glissa Matti. Ne touche pas à ces trucs en bois. Peut-être que c'est dangereux. On ne sait jamais."

Mais Maya mélangea de la grenadine avec de l'eau glacée dans un bol en bois, elle but, éclata de rire et s'essuya les lèvres du revers de la main.

"Je m'appelle Maya, déclara-t-elle. Lui, c'est Matti. Il croit que vous êtes un sorcier. Est-ce que c'est vrai ? Tu peux boire, poursuivit-elle à l'intention de Matti. Goûte. C'est frais et délicieux. Tu ne vas pas attraper la hennite, ne t'inquiète pas. Regarde les animaux. Cet homme n'a pas l'air de les effrayer."

Sans répondre, Matti saisit le bras de Maya pour l'obliger à reculer. Mais Maya résista et se libéra d'un mouvement brusque.

Soudain, l'inconnu émit des sons étouffés, modulés, qui ne ressemblaient pas à des mots. A son appel, une multitude de souï-mangas enthousiastes et bavards, le plumage doré et vert turquoise constellé d'azur, vinrent se percher sur les épaules de Matti et de Maya...

"Soudain dans la forêt profonde", conte inédit d'Amos Oz. traduit de l'israélien ( Ed Gallimard)

Pour connaitre la suite...
cliquez ici et commandez
http://www.amazon.fr/Soudain-dans-for%EAt-profonde-Amos/dp/2070776964/ref=sr_11_1/402-4776771-4652150?ie=UTF8

COACH D'AUTEURS

Nombre de messages : 175
Date d'inscription : 23/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum